Happy wife, happy life

Faut bien se déculpabiliser!

Pinterest fait honte à notre désordre.

Filed under: mars 2016 — happy wife at 8:16 on dimanche, mars 27, 2016
Entendons-nous, les parents souhaitent tout le bonheur du monde pour leurs enfants d’amour. Et souvent, on se fend en quatre à part de ça pour les aider à s’approcher du dit bonheur. Pis on est ben contents de fournir tous ces efforts-là. 
Alors comme à peu près tous les parents, je pense ben, je passe parfois mes soirées entières à fouiller sur Pinterest pour alimenter mon imagination, trouver des nouvelles solutions ou des activités plaisantes.
QUOI?!? T’es pas abonné à Pinterest? Qu’est-ce t’attends? Vas-y tu suite. Tu vas voir, t’auras jamais eu aussi honte de ta déco de maison ou des gâteaux de fête que t’as cuisinés! (Je parle pour moi. Chez vous, c’est super bien décoré.)
Blagues à part, je cherche souvent de nouvelles façons de ranger la salle de jeux de façon pratique et atteignable pour Pouliche. Parce que je n’en peux plus de marcher sur des morceaux de Légo en allant faire pipi la nuit! Et que je souhaite (un peu) inculquer de bonnes habitudes aux enfants en leur donnant comme consigne de ranger après avoir utilisé. 
La recherche « Playroom organization » sur Pinterest m’emmène vers des petits paradis de salles de jeux, toi. Pleins de bonnes idées, pis toute. À croire qu’il n’y a jamais de crayons de cire qui traînent sur la table du salon ou de petites voitures sur les comptoirs de cuisine. C’est beau, c’est beau sans bon sens. Mais…
 

Mais je me rends compte que j’apprécie qu’il y ait des dessins sur mon frigo et des dinosaures dans le corridor. J’aime les traîneries qui ne sont qu’une preuve supplémentaire qu’on s’amuse à la maison, même en dehors de la salle de jeux. J’aime que la plupart des meubles de la salle de jeux sont de seconde main et qu’on les a retapés en famille. Ça ajoute du « vrai », il me semble, qu’il y ait un grand bonhomme mauve et vert avec 3 doigts peint avec passion par Pouliche lors de la séance de « retapage » sur le côté de la petite bibliothèque. C’est plus personnel, plus familial, plus chaleureux… Non? 

Of course, il n’y aura jamais un journaliste qui viendra frapper à ma porte pour prendre des photos de notre intérieur (de maison, je parle) et faire un reportage sur la beauté de la chose. Personne non plus ne jalousera notre salle de jeux en fouillant sur Pinterest. Tant pis! On l’apprécie, notre bordel. On y fabrique des souvenirs. 

Excusez le désordre - mes enfants sont making memories - style tableau noir - lettrage vintage - avec drapeaux banderoles colorées
The happiest of wives

Le bonheur dans mon salon

Filed under: mai 2015 — happy wife at 9:15 on lundi, mai 4, 2015

Oyé! Oyé! J’ai une grande déclaration à faire. Ouvrez bien vos oreilles, je ne le répèterai pas deux fois: On a le bonheur dans la face. On (on INCLUT la personne qui écrit) le cherche partout, tout le temps mais, il est dans notre salon tel un énorme éléphant rose qui n’attend que de se faire remarquer.

Qu’avons-nous, être humains, simples mortels, à toujours, inlassablement être à la recherche du bonheur avec un « b » majuscule? Et, encore plus important, de quelle source est-ce qu’on tient notre définition du bonheur? Concernant la famille, il faudrait toujours être plus heureux, avoir des enfants plus performants, être les meilleurs parents, faire plus d’activités. Remarquez le mot qui revient encore et encore: plus. Plus que qui? Plus que quoi? Je constate que nous sommes, de façon majoritaire, d’éternels insatisfaits. Et, honnêtement, je ne pense pas que ce soit une attitude gagnante si l’objectif à atteindre est un sentiment de bien être. Mais bon, peut-être que je me trompe.

Alors à partir de maintenant, je cesse d’inclure l’humanité toute entière dans ma réflexion et je me concentre sur les perceptions de bibi. Alors, toujours selon bibi, c’est quoi le bonheur? Parce que, je l’avoue, pendant un petit bout de temps (bout de temps qui m’a paru tout sauf petit), je pensais bien qu’il avait déserté la maisonnée. Qu’il m’avait abandonnée. Jusqu’à ce que je prenne un des mes fameux moments d’auto-évaluation (toujours 10 minutes, période de temps maximale pour ne penser qu’à son petit nombril quand on est maman). Durant la dite période de réflexion, je me suis rendue compte que ma vision du bonheur était teintée (pour ne pas dire peinturée à la grandeur de mon esprit) des images de bonheur projetées par les médias, les films, les livres, les gens de mon entourage, les contes pour enfants, [insérez ici d’autres exemples, je suis certaine que ça s’applique], etc. J’ai d’ailleurs une petite confidence à vous faire. Je vous invite à vous approcher parce que je vais murmurer…Écrire, ça amène tellement de réflexion et d’introspection que c’est mieux qu’une thérapie et… C’EST GRATUIT! (Désolée pour vos frêles oreilles, je n’aurais pas du crier.) Écrire, ça pousse à réfléchir et réfléchir, ça amène des pistes de solution…

Pour en revenir à nos moutons (oups, mes moutons), j’en suis venue à la conclusion que le bonheur « c’est comme du sucre à la crème, quand t’en veux, t’en fais. » Il suffit d’apprécier et, franchement, de voir plus petit une fois de temps en temps. De parfois se contenter de choses simples ou de solutions à court terme. Fini la recherche du summum dans toutes les sphères de la vie. Fini le « plus ». Fini l’époque du Think Big, Sti! (Désolée Elvis Gratton, je refuse ta proposition.) Pour ma part, le bonheur, surtout le bonheur familial, se retrouve dans les petites choses. Pour y accéder à ce bonheur, j’ai du faire l’effort de retrouver la capacité de s’extasier. Une fois que j’ai compris ce concept, j’ai réalisé que j’avais les yeux fermés durant tout ce temps et que Monsieur Bonheur (notez ici le « b » majuscule) était dans mon salon depuis le début.

J’ai donc recommencé à apprécier les sourires généreusement offerts par les membres de ma famille. Apprécier les soupers de grilled cheese et de soupe aux tomates devant un film pour enfant (miettes sur le plancher incluses). Apprécier le doux câlin de Pouliche qui me réveille le matin, peu importe l’heure qu’il est. Apprécier les mots d’enfant. Apprécier ces moments où le soleil entrant par la fenêtre me réchauffe pendant qu’on déjeune en famille. Apprécier les moments en couple à la maison quand la petite dort. Apprécier ce que la vie a à offrir de mieux, finalement.

Je vous vois venir, mes vous autres. « Si on voit petit, on n’ira pas loin. » et autres commentaires de ce genre. Eh ben, vous avez raison! Je crois que c’est important, toujours pour atteindre l’objectif bonheur, d’avoir des projets. Des idées qui nous stimulent, nous amène à nous extasier, nous obligent à vivre des défis et surtout, les relever. Si les projets deviennent une tâche, à quoi bon? Je pense qu’il faut faire des choix judicieux, même parfois être un peu égoïste. Planifier un voyage autour du monde, se faire tatouer ou faire de la peinture avec les orteils. Peu importe! Tant qu’on y éprouve du plaisir. (Petit paragraphe en « on ». Je ne voulais pas que vous vous sentiez exclus.)

Le plus grand obstacle dans la course au bonheur, c’est moi-même. Mes perceptions, ma façon de réagir aux difficultés, mon choix de carrière, la pression que je me mets sur les épaules, les comparaisons que je fais trop souvent, la notion de plus que j’impose à ma famille. Tout ça met un frein au magnifique voyage que la vie offre. Je vais arrêter là. On dirait que j’ai plagié mon texte dans un self help book

Le bonheur, finalement, c’est tout ces petits moments où la Terre arrête de tourner. Est-ce que j’ai le bonheur facile? Je pense que oui, maintenant. Parce que la Terre ne bouge plus dès qu’on fait un sandwich familial. (Câlin où on écrase quelqu’un au centre. Essayez pas, vous avez tous déjà fait ça!)

À la suite de cette constatation, je réalise que malgré les épreuves, je choisis de vivre les plus beaux moments de ma vie, jour après jour. (Cheesy, je sais. Mais vous vous attendez à quoi de la part d’une maman qui partage ses réflexions sur le monde de la maternité, les moments familiaux les plus cutes avec le monde entier et qui fait du plagiat dans des livres de croissance personnelle? Of course, j’ai un côté quétaine!)

Alors, je continue de cuisiner du sucre à la crème en rigolant avec ma fille. On partage cette sucrerie en famille, laissant dans miettes partout. Et j’essaie de penser d’en donner un morceau à Monsieur Bonheur. Pour le remercier. Pour qu’il reste dans mon salon.

The happiest of wives

MES jouets préférés

Filed under: mars 2015 — happy wife at 1:25 on lundi, mars 30, 2015

Les jeux et les jouets, quel univers! Nous entrons tous au Toys R Us avec des étoiles dans les yeux et la carte de crédit qui crie : « Allez! Utilise-moi! » (corrigez-moi si je me trompe). Dans les boutiques de jouets, il y en a pour tous les goûts et tous les âges. De plus, il semblerait que dans le top 3 des meilleurs souvenirs d’enfance, outre les partys de Noël et le premier bisou en cachette derrière le module de jeux dans la cours de l’école (ok, peut-être est-ce un mauvais souvenir pour quelques-uns), les moments partagés avec nos parents à jouer à nos jeux préférés surpassent sans doute la énième poupée que le Père Noël a apportée.

Ayant ces fabuleux moments de mon enfance en tête, je souhaite jouer le plus possible avec ma fille, fabriquer des souvenirs. Je veux, je veux vraiment… Mais mauzusse que c’est plate! Malgré cette abondance de choix, quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi mon enfant choisit TOUJOURS des jeux que je trouve si ennuyants lorsqu’elle veut partager un bon moment avec moi?

Puis un jour, épiphanie! Pourquoi je devrais me forcer pour jouer? Happy wife, happy life, comme le dit le dicton. Pour être une happy wife, ou plutôt une happy mom, j’ai décidé d’offrir, parfois, le choix entre deux ou trois jeux que MOI, MOI, MOI j’aime. Tant qu’à jouer avec son enfant, autant avoir du fun! J’ai donc dressé le top 10 de mes jouets et activités préférés, tous âges confondus. Clairement, mon passé d’éducatrice refait surface dans ce billet! Chasser le naturel et il revient au galop. Bah, je crois que j’étais une bonne éducatrice, le top 10 ne devrait pas être mauvais… Et tiens, ajoutons-y un peu d’interactivité. Rendez-vous à la fin!

#10. Les jeux symboliques.

Faire semblant, faire comme, imaginer des scénarios. Je trouve fantastique de suivre les idées de l’enfant et de se laisser guider par lui dans le jeu. On n’a pas besoin d’accessoires ou de matériel nécessairement. Par exemple, on peut utiliser les téléphones de la maison et se parler dans deux pièces différentes. Plus ma fille laisse aller son imagination, plus de plaisir nous avons à jouer! (Marché par Djeco)

 

 

#9. Les jeux de balles.  

Qui n’a pas passé ce qui a semblé des heures à jouer dans une piscine de balles (qu’on sait maintenant remplies de microbes de toutes sortes…)? Pour les tout-petits, remplir un parc ou une petite tente de balles et explorer les textures, le lancer, la préhension,etc. Sourires garantis. Et, franchement, la tente de balles va rester populaire même si les enfants vieillissent!

#8. Les parcours d’autos.

Construire un chemin, une route, un chemin de fer. Ce que j’aime dans ces jeux, c’est de partager nos idées, notre vision avec nos enfants. Il faut planifier, négocier, faire des compromis. Quel excellent moyen de développer d’autres habiletés en ayant une tonne de plaisir. (Zip Track par Discovery Toys)

#7. Les jeux de sons.

Qu’il s’agisse de remplir des bouteilles avec différents objets pour faire découvrir des sons au tout-petits, d’explorer les différents bruits d’un hochet, d’un jeu de bingo sonore ou de faire tous les sons possibles avec sa voix, les jeux de sons sont un moyen différent de s’amuser et développent l’ouïe et les capacités d’attention. (En plus, je suis vraiment bonne pour reconnaitre les sons alors, je gagne tout le temps!) (À la découverte des sons par Kid Audio)

 

 

 

#6. Les jeux d’eau.

Jouer dans le bain, dans la piscine, dans un bac d’eau, dehors ou à l’intérieur, les jeux d’eau sont un must! Oui, ça fait des dégâts… Who cares? Mettez des serviettes au sol et sortez la moppe! Les objets qui coulent ou flottent, les fusils à eau, les clapotis, les doigts ratatinés, qui peut résister??? (Table d’eau par Step 2)

#5. Les parcours moteur

Comme les jeux d’eau, les parcours moteur peuvent se construire dehors ou à l’intérieur. On peut utiliser nos meubles comme obstacles, suffit d’un peu d’imagination. Je trouve que c’est une excellente façon de faire bouger les enfants un jour de pluie. De plus, le parcours diffère à chaque construction. Encore une fois, l’imagination est la seule limite!

 

 

 

#4. Les cabanes!!

J’y vais d’une expression typiquement Américaine et adolescente mais: Dude! C’est dont bien plaisant de se créer des cabanes en couvertures avec les coussins du divan! On s’amène une lampe de poche et on y mange le souper. Instantanément, on se transforme en Indiana Jones dans une tente près d’une grotte hantée (De toute évidence, je n’ai vu AUCUN des films d’Indiana Jones mais, vous voyez ce que je veux dire!)

 #3. Les labyrinthes de billes

Ok, je pense qu’on a tous remarqué que j’aime construire avec n’importe quoi d’autre que des blocs… Mais il faut avouez que construire un labyrinthe pour les billes, c’est franchement cool. Ensuite, on fait des courses, on le démolit et on recommence pour avoir un parcours plus rapide. Juste des bons moments avec ce genre de jeu. (Marbleworks par Discovery Toys)

 

 

 

 

 #2. Les jeux de société

Quel excellent moyen de passer du bon temps en famille! Des casse-têtes au Monopoly (qui prend 3 jours à finir), il y en a pour tous les goûts et, surtout, tous les âges. Et il y a tellement de diversité dans cette catégorie que c’est certain que chacun y trouve quelque chose qui le rejoigne. On éteint les écrans, après avoir lu mon blogue, et on joue tous ensemble! On apprend à perdre, à être content pour le gagnant, à user de stratégie. Chez moi, on se réunit avec des amis, on joue avec les enfants puis, on les couche et on continue à jouer entre adulte.

Finalement, mon activité préférée, roulement de tambour…..

#1. Le yoga

 Définitivement à essayer, si ce n’est pas déjà fait! Premièrement, les enfants sont vraiment très drôles lorsqu’ils essayent de faire la salutation au soleil pour la première fois. Deuxièmement, cette activité les aide à prendre conscience de leur corps et des différentes possibilités de mouvement. De plus, c’est tout aussi bénéfique pour l’adulte qui le pratique. Je vous conseille d’utiliser le livre Yoganimo des Éditions Enfants Québec. Les positions y sont imagées et simplifiées, parfait pour les petits.

 

 Voilà! Le Top 10 des jouets et jeux préférés de Happy wife, Happy life. J’espère que ça vous a rejoint ou vous a donnée des idées…

Maintenant, j’aimerais bien connaître VOS jeux préférés. Aller, laissez parler votre cœur d’enfant, fouillez dans vos souvenirs les plus poussiéreux et ressortez de la garde-robe LE jeux avec lequel vous avez eu des heures de plaisir lorsque vous étiez enfant ou avec vos enfants. Faites-nous redécouvrir des classiques ou illuminez des nouveautés, je suis bien curieuse. À vous la parole!

The happiest of wives

 

 
  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!