Happy wife, happy life

Faut bien se déculpabiliser!

Quand la télé remplace l’éducatrice.

Filed under: décembre 2015 — happy wife at 9:00 on mardi, décembre 29, 2015

J’en ai fait un post sur Facebook. J’en ai discuté avec l’éducatrice. J’en ai parlé à Joyeux Papa, à mes amis, à mes connaissances qui opèrent un service de garde en milieu familial et maintenant, j’en fais un billet sur mon blogue. C’est vous dire à quel point ça me choque! (Soulignons que ça ne prend pas grand chose pour monter sur mes grands cheveux…)

Je vous mets en contexte, lecteurs un peu perdus par tant de rage pour un sujet inconnu: En allant porter notre fille à la garderie ce matin (tsé parce qu’on travaille, NOUS, le 29 décembre), l’éducatrice dit à Pouliche : « Il n’y aura vraiment pas beaucoup d’amis aujourd’hui. (Parce que leurs parents sont en congé, EUX. Lire ici in brin de jalousie.) Alors on va prendre ça relax.Veux-tu écouter un film? »
À cet instant précis, s’il y a des caméras de surveillance dans cette garderie, on pourrait lire sur mon visage la déception, l’amertume et la consternation tous en même temps. Je suis découragée que son idée, son concept de prendre ça relax dans un service de garde ÉDUCATIF soit d’écouter Tintin et les Gaulois. Ce que j’en comprends surtout, c’est que ce sera relax pour elle. Les enfants, eux, vont avoir le cerveau à off durant 2 heures et un peu de salive au bord des lèvres qu’ils essuieront du revers de la manche. 

Je me bats quotidiennement avec ma fille pour couper le temps d’écran… (Se battre n’est même pas un terme assez fort.) Oh que je suis loin de les proscrire, ces écrans chéris qui me donnent 20 minutes de répit pour préparer le souper. Il m’arrive de regarder pour une millième fois Frozen collée avec Pouliche en mangeant du popcorn. Et bien que ce soit tentant de dire oui, j’essaie de dire plus souvent « Non, trouve autre chose à faire que de regarder la télé. » Vous le voyez venir, ça cause une crise niveau 10 sur l’échelle des petites filles mécontentes. Mais je tiens mon bout et, éventuellement, Pouliche abdique et va jouer avec sa nouvelle figurine de Hulk. (Wouhou! J’ai gagné!)

Évidemment, Pouliche est extatique à l’idée de regarder Shrek le quatorzième à la garderie. Maman dit si souvent non à la maison. Pour que ce soit clair, je n’ai rien contre une présentation d’un épisode de Paw Patrol à propos de la peur de la rentrée à la maternelle suivit d’une causerie à ce sujet. (J’ai une petite once de bon sens quelque part au fond de moi.) Mais je me questionne sur l’aspect éducatif de la chose lorsque la seule raison de présenter un film est « pour être relax. » On fait ça à la maison, être relax. Pouliche serait toute la journée à la maison avec Mamie Gâteau si je voulais qu’elle se fasse gâter et passe la journée à regarder des films.

Au final, ma question est la suivante: Pourquoi y a-t-il encore une télévision et des DIZAINES de films dans la grande salle dans ce service de garde? Nous revendiquons le titre d’éducatrice et non de gardienne depuis SI longtemps. Nous devons offrir des services qui sont conséquents avec notre titre professionnel. La plupart des enfants passent TELLEMENT de temps devant un écran à la maison. Peut-on leur offrir un peu de variété dans leur service de garde ÉDUCATIF (oui, je me répète, mais c’est pour une bonne cause.)


Prends ça relax, j’ai rien contre ça. C’est Noël pour toi aussi, éducatrice qui travaille fort tous les jours. Fais des jeux libres, lis des histoires, mange la collation en pique-nique devant le sapin, passe une demie heure à jaser des cadeaux que le Père Noël a apportés, mais lâche la télé bout de ciarge!

The happiest of wives

Il reste 5 vendredis avant noël!!

Filed under: novembre 2015 — happy wife at 8:56 on lundi, novembre 16, 2015

Depuis quelques SEMAINES déjà, je vois ce genre d’image circuler sur les réseaux sociaux. (Oui, t’as bien lu. SEMAINES.) Pour mettre les choses au clair, je trippe sur Noël et sur la magie et sur les histoires du Père Noël et sur l’émerveillement de Pouliche lorsqu’elle aperçoit le lutin qui a dessiné des visages sur nos clémentines.

Ceci étant dit, calme tes nerfs, le pressé! Ce n’est pas parce que l’Halloween est passée qu’on est obligés par la loi de se pitcher sur une autre fête. Fait 18 degrés dehors et tu voudrais que je songe à Noël et le froid et la neige et la slush brune sur mes jolies bottes tout de suite? Hell no! Parce qu’en effet, dans 5 vendredis c’est le jour de la naissance du Christ. Mettons qu’on voudrais mettre ça dans une autre perspective, c’est aussi dans une quarantaine de dodos… Dans un peu moins de 1000 heures… Dans tout près de 58000 minutes… Je vais m’arrêter là, bien que je pourrais continuer encore longtemps à mettre cette période pénible joyeuse le plus loin possible du présent.

Parce que c’est bien cute cette image qu’on garde en tête du temps des fêtes magique en famille. Comme si à chaque année, notre cerveau effaçait délibérément les souvenirs un peu moins joyeux.

« Voyons, il n’y a que du plaisir et des sourires dans le temps des fêtes! » me direz-vous. BULLSHIT! Commençons par le magasinage, qui est un enfer en soit avec tout ces gens qui sont à la recherche DU cadeau (probablement le même que vous avez dans votre mire et pour lequel vous vous battrez bec et ongles dans le seul but de faire sourire votre nièce.) Ensuite, il faut les cacher, ces cadeaux! Les enfants sont des fouineux de première. Ça devient tout un casse-tête de trouver l’endroit idéal où Ti-Gars ne pensera pas à aller mettre le nez sans abîmer sa nouvelle console de jeu. Puis, il faut aussi gérer l’horaire parce qu’organiser une seule fête, ça serait beaucoup trop simple! Alors on sort le calendrier er on le noirci jusqu’à se demander si on a assez d’argent pour payer le carburant pour tous ces déplacements.

Finalement arrive la dizaine de jours la plus occupée de toute ton année. Tout le monde à la morve au nez (quand ce n’est pas la gastro) mais ils se pointent tous au party quand même et ça se donne la main et ça s’échange des microbes becs. On se couche à des heures pas possibles. Les enfants fatigués sont, eux aussi, pas possibles. Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté je n’ai que 2 jours de congé au travail durant le temps des fêtes. Alors je galope de fête en fête en bureau et mes cernes m’accompagnent, tenant leur propre tasse de café. Il y a toujours des tempêtes de neige qui rendent les déplacements dangereux, mais on y va quand même… On ne peut pas manquer ça, c’est Noël! Il y a toujours LE membre de la famille qui boit trop et fait un fou de lui (trop souvent, c’est moi.) Il y a les tantes qui puent de la bouche. Il y a en toujours deux pour se chicaner et créer un malaise. Les enfants des autres qui salissent ta SEULE robe propre. Le plus jeune qui fait une crise parce que le Père Noël ne lui a pas enveloppé un chiot. Après le tourbillon des festivités, il y a des brillants, des épines de sapin et des restants d’emballage cadeau partout. Nous avons le ventre gonflé comme au 8e mois de grossesse de s’être bourré la face dans la dinde et l’alcool pendant deux semaines. Le chaos quoi!

Finalement, j’apprécie le petit désordre de ma vie familiale. Ça me semble si calme comparé aux temps des fêtes. Tout ce chialage simplement pour résumer la pensée suivante: Noël, c’est pas tu suite. Jouons dans les feuilles d’automne. Profitons du soleil qui est encore avec nous plus de 2 heures par jour. Buvons des trucs chauds aux épices ou à la citrouille. Après tout, il nous reste 5 vendredis, 40 dodos, 1000 heures, 58000 minutes pour nous préparé. On court tellement tout le temps, en toute situation et tout au long de l’année. On peut bien chiller et reprendre notre souffle (et manger des bonbons d’Halloween) entre deux célébrations.

The happiest of wives

 
  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!