Happy wife, happy life

Faut bien se déculpabiliser!

Transporter le CPE sous notre toit

Filed under: février 2016 — happy wife at 10:31 on jeudi, février 18, 2016

Évidemment, à la garderie Pouliche est un ange sage comme une image à l’auréole brillant. Elle est serviable, calme et généreuse. Tout pour faire mentir sa mère, quoi! Gros clash avec la bibitte à batterie de la maison. Les questionnements arrivent: Qu’est-ce qu’ils font à la garderie qui amène les enfants (peut-être que c’est juste la mienne) à être plus attentifs? Comment gèrent-ils les crises? Qu’est-ce que je fais de pas correct à la maison? Quels trucs et techniques sont mis en place là-bas que je pourrais voler et appliquer chez nous?

En partant, l’intervention démocratique est un must avec pouliche. Résultats: réduction du nombre de crise et de séances obstinage du style « C’est moi qui va gagner, tu vas voir! » On prône l’autonomie aussi, à la garderie. Traduction: Pouliche s’arrange toute seule pendant que je lis deux pages consécutives de mon roman policier. Assez winner comme concept.

Blague à part (presque), voici les trucs qui fonctionnent le mieux chez moi:

  1. Rangement avec pictogrammes (ça, ce sont les p’tites images collées un peu partout dans le local de votre progéniture.) Images d’auto sur le bac des voitures. Une boîte du magasin à 1 dollar avec des crayons dessus pour ranger… (roulement de tambour) LES CRAYONS! Chaque chose a sa place. Pouliche n’a qu’à jeter un coup d’œil pour savoir où ranger le jouet qu’elle tient dans ses mains. Ah! L’autonomie. On serait fous de s’en passer!
  2. Renforcement positif. Parce que c’est si facile de réprimander, de chicaner, de donner des conséquences. Ceci dit, dans le tourbillon du quotidien pressé on oublie que récompenser, ça porte des fruits bien plus juteux que de punir. Pourtant, c’est si simple! Souligner les bons coups, dire à notre enfant que nous sommes fiers de son choix, complimenter un bon comportement, proposer une activité spéciale avec maman (genre faire de la pâte à modeler ensemble avant le dodo) au terme d’une journée particulièrement agréable. En bref: donner plus d’attention positive que négative à nos petits. Parce que, dans la vie, on récolte ce que l’on sème. 
  3. Jouer, jouer, jouer. Simplement parce que répéter une consigne 2000 fois, ce n’est PAS efficace. Ça met moman de mauvaise humeur et les répercussions sont désagréables. Si on changeait notre approche? On fait une course pour s’habiller le matin. On chante en rangeant la chambre. On se transforme en espions le matin où on veut laisser Joyeux papa dormir. Il n’y a pas de limite. Laissez aller votre imagination! Et remarquez à quel point les routines vous sembleront plus agréables. 
  4. Le concept d’aide-éducatrice. C’est qui le génie qui a eu cette idée brillante que je le frenche? Il suffit que je demande son aide à Pouliche pour une tâche trrrès importante que je ne peux tout simplement pas accomplir sans elle (clin d’œil) pour qu’elle s’active. Comme quoi tout est dans la présentation! 
  5. Le jeu autonome. Non, Pouliche ne joue pas tout le temps seule. Ceci dit, la salle de jeux est aménagée pour qu’elle ait la possibilité de le faire. Les jeux sont à sa hauteur, il y a une diversité de jouets pour satisfaire les intérêts, tout ce qu’il faut pour bricoler sur une étagère basse. Tout est en place pour qu’elle puisse jouer à son goût, sans avoir besoin de me demander quoi que ce soit. 

Inspirant tout ça, non? Observez bien, la prochaine fois que vous déposerez votre enfant au service de garde. Volez leurs idées sans remords! De toute façon, ils n’ont pas de copy rights.

Vous, quels trucs fonctionnent bien pour vos mousses?

The happiest of wives

Louanger l’ennui

Filed under: janvier 2016 — happy wife at 8:25 on lundi, janvier 11, 2016

C’est qu’ils sont occupés, nos enfants! La garderie, l’école, les cours de danse, le soccer, la natation, les leçons de violon, les fêtes d’amis, le hockey, alouette! Ils ont un agenda plus chargé que celui des parents. Parce qu’on ne veut pas qu’ils s’ennuient. On fait ça pour bien faire. On veut qu’ils bougent, qu’ils socialisent, qu’ils s’amusent, qu’ils essaient des trucs différents. 

Tout le monde s’accorde pour dire que la mission du parent, c’est, entre autres, d’outiller l’enfant pour qu’il puisse fonctionner en société et devenir indépendant. Malgré que tous prônent l’autonomie dans la routine quotidienne (comme s’habiller seul, ranger ses jouets, etc.), l’autonomie dans le jeu est comme tombée dans une craque du plancher, on dirait. 

Je ne vous apprends rien en citant un des principes de base du développement: L’enfant apprend par le jeu. Par l’entremise du jeu, l’enfant découvre ses intérêts, ses forces et ses difficultés. Il façonne sa personnalité. Qu’advient-il de cet apprentissage primordial si l’enfant est habitué, dès son plus jeune âge, à être booké ben dur? Comment découvrir ses préférences s’il y a toujours une stimulation extérieure pour combler l’ennui? Quels outils développera-t-il si le matériel auquel il a accès, en aussi grande quantité soit-il, n’a qu’une seule façon d’être utilisé? 

Les enfants sont trop occupés à faire, ils n’ont plus le temps d’apprendre à être. Après tout, ne rien avoir à faire (je veux dire rien pantoute) est le meilleur moyen de réfléchir, de créer, d’imaginer, de découvrir le champ des possibles et de trouver un p’tit quelque chose à faire! Il suffit de penser à cette capacité extraordinaire qu’on les petits à se créer un monde imaginaire en utilisant les coussins, chaises, tabourets et couvertures d’une pièce. Pas de jeux éducatifs, pas de jouets qui coûtent aussi cher qu’un paiement de char. Juste de l’imagination, du temps et les meubles sur place. Impressionnant, non?

Un autre truc qui me saute aux yeux lorsque je pense à ce « manque » d’ennui, c’est la résolution de problème. Personne ne va s’obstiner sur le fait qu’il est impossible d’être toujours satisfait, parfaitement bien et 100% heureux d’être content. L’ennui, c’est une rupture dans notre manière de faire, qu’on soit grand ou petit. Ça cause un certain malaise, une insatisfaction. Ça pousse aussi à réfléchir, à trouver une solution. Quand on a 5 ans, la solution sera sûrement de chanter des classiques de Noël à tue-tête en pleine canicule. Reste que la solution vient de mon petit moi. Pas d’un adulte qui me propose une activité, pas d’un écran de Ipad. Juste de ma tête. Sensationnel, hein?

Mesdames et messieurs, jeunes et moins jeunes, ennuyons-nous! Réapprenons à ne rien faire. Retrouvons cette disponibilité envers nous-mêmes. Permettons-nous d’être simplement, ne serait-ce que quelques minutes dans une journée complètement folle. Offrons-nous cette liberté de l’esprit. Je pense que pas mal de bonnes choses peuvent en ressortir…

The happiest of wives

MES jouets préférés

Filed under: mars 2015 — happy wife at 1:25 on lundi, mars 30, 2015

Les jeux et les jouets, quel univers! Nous entrons tous au Toys R Us avec des étoiles dans les yeux et la carte de crédit qui crie : « Allez! Utilise-moi! » (corrigez-moi si je me trompe). Dans les boutiques de jouets, il y en a pour tous les goûts et tous les âges. De plus, il semblerait que dans le top 3 des meilleurs souvenirs d’enfance, outre les partys de Noël et le premier bisou en cachette derrière le module de jeux dans la cours de l’école (ok, peut-être est-ce un mauvais souvenir pour quelques-uns), les moments partagés avec nos parents à jouer à nos jeux préférés surpassent sans doute la énième poupée que le Père Noël a apportée.

Ayant ces fabuleux moments de mon enfance en tête, je souhaite jouer le plus possible avec ma fille, fabriquer des souvenirs. Je veux, je veux vraiment… Mais mauzusse que c’est plate! Malgré cette abondance de choix, quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi mon enfant choisit TOUJOURS des jeux que je trouve si ennuyants lorsqu’elle veut partager un bon moment avec moi?

Puis un jour, épiphanie! Pourquoi je devrais me forcer pour jouer? Happy wife, happy life, comme le dit le dicton. Pour être une happy wife, ou plutôt une happy mom, j’ai décidé d’offrir, parfois, le choix entre deux ou trois jeux que MOI, MOI, MOI j’aime. Tant qu’à jouer avec son enfant, autant avoir du fun! J’ai donc dressé le top 10 de mes jouets et activités préférés, tous âges confondus. Clairement, mon passé d’éducatrice refait surface dans ce billet! Chasser le naturel et il revient au galop. Bah, je crois que j’étais une bonne éducatrice, le top 10 ne devrait pas être mauvais… Et tiens, ajoutons-y un peu d’interactivité. Rendez-vous à la fin!

#10. Les jeux symboliques.

Faire semblant, faire comme, imaginer des scénarios. Je trouve fantastique de suivre les idées de l’enfant et de se laisser guider par lui dans le jeu. On n’a pas besoin d’accessoires ou de matériel nécessairement. Par exemple, on peut utiliser les téléphones de la maison et se parler dans deux pièces différentes. Plus ma fille laisse aller son imagination, plus de plaisir nous avons à jouer! (Marché par Djeco)

 

 

#9. Les jeux de balles.  

Qui n’a pas passé ce qui a semblé des heures à jouer dans une piscine de balles (qu’on sait maintenant remplies de microbes de toutes sortes…)? Pour les tout-petits, remplir un parc ou une petite tente de balles et explorer les textures, le lancer, la préhension,etc. Sourires garantis. Et, franchement, la tente de balles va rester populaire même si les enfants vieillissent!

#8. Les parcours d’autos.

Construire un chemin, une route, un chemin de fer. Ce que j’aime dans ces jeux, c’est de partager nos idées, notre vision avec nos enfants. Il faut planifier, négocier, faire des compromis. Quel excellent moyen de développer d’autres habiletés en ayant une tonne de plaisir. (Zip Track par Discovery Toys)

#7. Les jeux de sons.

Qu’il s’agisse de remplir des bouteilles avec différents objets pour faire découvrir des sons au tout-petits, d’explorer les différents bruits d’un hochet, d’un jeu de bingo sonore ou de faire tous les sons possibles avec sa voix, les jeux de sons sont un moyen différent de s’amuser et développent l’ouïe et les capacités d’attention. (En plus, je suis vraiment bonne pour reconnaitre les sons alors, je gagne tout le temps!) (À la découverte des sons par Kid Audio)

 

 

 

#6. Les jeux d’eau.

Jouer dans le bain, dans la piscine, dans un bac d’eau, dehors ou à l’intérieur, les jeux d’eau sont un must! Oui, ça fait des dégâts… Who cares? Mettez des serviettes au sol et sortez la moppe! Les objets qui coulent ou flottent, les fusils à eau, les clapotis, les doigts ratatinés, qui peut résister??? (Table d’eau par Step 2)

#5. Les parcours moteur

Comme les jeux d’eau, les parcours moteur peuvent se construire dehors ou à l’intérieur. On peut utiliser nos meubles comme obstacles, suffit d’un peu d’imagination. Je trouve que c’est une excellente façon de faire bouger les enfants un jour de pluie. De plus, le parcours diffère à chaque construction. Encore une fois, l’imagination est la seule limite!

 

 

 

#4. Les cabanes!!

J’y vais d’une expression typiquement Américaine et adolescente mais: Dude! C’est dont bien plaisant de se créer des cabanes en couvertures avec les coussins du divan! On s’amène une lampe de poche et on y mange le souper. Instantanément, on se transforme en Indiana Jones dans une tente près d’une grotte hantée (De toute évidence, je n’ai vu AUCUN des films d’Indiana Jones mais, vous voyez ce que je veux dire!)

 #3. Les labyrinthes de billes

Ok, je pense qu’on a tous remarqué que j’aime construire avec n’importe quoi d’autre que des blocs… Mais il faut avouez que construire un labyrinthe pour les billes, c’est franchement cool. Ensuite, on fait des courses, on le démolit et on recommence pour avoir un parcours plus rapide. Juste des bons moments avec ce genre de jeu. (Marbleworks par Discovery Toys)

 

 

 

 

 #2. Les jeux de société

Quel excellent moyen de passer du bon temps en famille! Des casse-têtes au Monopoly (qui prend 3 jours à finir), il y en a pour tous les goûts et, surtout, tous les âges. Et il y a tellement de diversité dans cette catégorie que c’est certain que chacun y trouve quelque chose qui le rejoigne. On éteint les écrans, après avoir lu mon blogue, et on joue tous ensemble! On apprend à perdre, à être content pour le gagnant, à user de stratégie. Chez moi, on se réunit avec des amis, on joue avec les enfants puis, on les couche et on continue à jouer entre adulte.

Finalement, mon activité préférée, roulement de tambour…..

#1. Le yoga

 Définitivement à essayer, si ce n’est pas déjà fait! Premièrement, les enfants sont vraiment très drôles lorsqu’ils essayent de faire la salutation au soleil pour la première fois. Deuxièmement, cette activité les aide à prendre conscience de leur corps et des différentes possibilités de mouvement. De plus, c’est tout aussi bénéfique pour l’adulte qui le pratique. Je vous conseille d’utiliser le livre Yoganimo des Éditions Enfants Québec. Les positions y sont imagées et simplifiées, parfait pour les petits.

 

 Voilà! Le Top 10 des jouets et jeux préférés de Happy wife, Happy life. J’espère que ça vous a rejoint ou vous a donnée des idées…

Maintenant, j’aimerais bien connaître VOS jeux préférés. Aller, laissez parler votre cœur d’enfant, fouillez dans vos souvenirs les plus poussiéreux et ressortez de la garde-robe LE jeux avec lequel vous avez eu des heures de plaisir lorsque vous étiez enfant ou avec vos enfants. Faites-nous redécouvrir des classiques ou illuminez des nouveautés, je suis bien curieuse. À vous la parole!

The happiest of wives

 

 
  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!