Happy wife, happy life

Faut bien se déculpabiliser!

Le petit tab(&;?(*?*&;$

Filed under: juillet 2015 — happy wife at 8:40 on lundi, juillet 6, 2015

Les sujets tabous ne me font pas peur! Aujourd’hui, on cite l’église, on offusque les baby-boomers, on SACRE!!! Yes monsieur. Je parle de religion drette là. Je suis folle de même! Je réfléchis à l’impact de la religion, ou plutôt de la laïcité, sur l’éducation de nos enfants. Et sur leur langage. Les fameux mots « pas beaux », ceux qu’on interdit à nos petits. Ceux aussi qu’ils utilisent dans notre dos (ou dans notre face, pour nous faire réagir…)

Je vous mets en contexte (profitez-en, c’est gratuit!) Joyeux papa utilise les mots d’église à toutes les sauces. Je vous donne des exemples (gratuit aussi!) Il les conjugue, comme les verbes: En écoutant le hockey « Il l’a ***é dans le net. » Il l’utilise comme un nom: « On se donnait des bines sur l’épaule. Il m’en donné une *** » Ou comme expression couramment utilisée: « Je m’en ***. » Très fréquemment, Joyeux papa remplace les adjectifs par un juron bien senti: « Le ***, il m’a joué un tour. »

Je pense que ça suffit, vous en avez eu pour votre argent. 😉 Bref, les blasphèmes sont abondants sous notre toit. Même pas besoin d’être de mauvaise humeur ou de s’être cogné le petit orteil sur le coin de la table. (Dans ces moments-là, il enfile les jurons like they’re going out of style!) Bon, j’avoue, il n’y a pas que Joyeux papa qui sacre chez nous. J’en utilise un, une fois de temps en temps (beaucoup trop souvent à mon goût). Ça sort tout seul!

Par contre ce qui me pousse à réfléchir sur le sujet, c’est lorsque Pouliche utilise ces « pas beaux mots ». Automatiquement, nous la réprimandons et lui interdisons d’employer ce genre de langage. Mais dans le fond là, dans le fin, fin fond bien loin, si elle connait ces mots, c’est parce qu’elle nous entend les dire. Pourquoi c’est correct pour nous et pas pour elle? Et surtout, qu’est-ce qu’elles ont de si mauvais, ces paroles?

 

Parce que, maintenant qu’elle manie l’art d’argumenter comme un politicien, Pouliche questionne les interdits. « Pourquoi je ne peux pas dire ce mot, maman? » Ma réponse beaucoup trop simple et peu satisfaisante « Parce que ce n’est pas bien de dire ces mots-là. Ce sont des sacres. » Ce à quoi la petite curieuse répond « C’est quoi, des sacres? »

Boum! C’est quoi, des sacres? LA colle, toi chose! Même lorsque j’étais enfant, le concept de mots reliés à l’église, et donc sacrés, était très abstrait et peu relié à mon vécu. De nos jours dans une société de plus en plus laïque et dans laquelle les églises et leur ameublement s’effacent, comment expliquer à ses enfants le concept de jurons reliés à la religion?

Pipi, caca et autres, ça c’est facile. Ce sont des mots de toilette. Point barre. En plus, mes les adultes en rient. C’est comme moins grave. Mais la religion…. Je ne suis pas pratiquante, je ne suis pas trop certaine de croire en Dieu et tous ses miracles et je n’ai pas enseigné les saints écrits à ma fille. Pour l’instant, ma réponse reste la même, simplement parce que je n’ai pas trouvé mieux. Donc, les sacres ce sont des mots « pas beaux » qu’il ne faut pas utiliser, même les adultes ne devraient pas les utiliser. Mais on le fait quand même… Je sais, ça ne fait pas de sens. Comme le café ou les boissons gazeuses. Ce n’est pas bon pour toi, Pouliche. Non, ce n’est pas bon pour moi non plus. Pourquoi j’en boit? Parce que sans caféine, je dors au lieu de jouer avec toi! Pour les jurons, je n’ai pas encore trouvé d’excuse autre que c’est vulgaire. Tout aussi peu satisfaisant et abstrait pour un enfant. Et le auparavant populaire « ça fait de la peine au petit Jésus » aura pas ben, ben d’impact sur ma fille. Ça réponse serait surement « C’est qui le petit Jésus? » Et Dieu sait que je n’ai pas envie de me lancer dans cette explication maintenant!

Bien que ce ne soit pas accepté socialement, je me questionne sur l’utilisation des blasphèmes… Si l’église et ce qu’elle contient ne veut rien dire de significatif pour mon enfant, est-ce que c’est encore mal d’utiliser les mots proscrits? Ou si ceux-ci deviennent simplement des adages populaires? Pas que je tienne à ce que mes enfants les utilisent. On jase là! Parce qu’un tabernacle, franchement, même moi je ne suis pas certaine de ce que c’est. Allez imaginer ce que sa représente pour une poupoune de 4 ans. Sommes-nous rendus ailleurs concernant les jurons? Est-ce rendu tellement banal et si peu significatif que nous n’avons plus d’excuse valable pour les interdire? Je n’ai pas de réponse. Mais je trouve que c’est un pensez-y bien. Alors, pensez -y bien en ***! 😉 

 

The happiest of wives

 

 

Les popas!

Filed under: juin 2015 — happy wife at 9:10 on lundi, juin 22, 2015

À la suite de ce dimanche de la fête de pères, je me suis inspirée de ces photos que j’ai vues passer sur Facebook pour créer un billet PRO-PAPAS! Parce que je trouve que les mamans sont très souvent mises de l’avant (ce n’est pas mauvais, BTW) mais que les popas sont bien souvent mis de côté. Ils ont une vision différente, des façons de faire qui font tiquer les mamans mais, au final, les enfants apprennent tellement de leur père. Alors, vive les papas et leur façon différente de voir l’éducation des enfants!

L’imaginaire

Alors que les mamans sont dans le cute, l’éducatif, le politicaly correct, à la limite, dans le déjà-vu, les papas vont plus loin (ou moins loin, selon le point de vue.) Ils imaginent mille et un scénarios inspirés des histoires et des films qui les ont marqués (comprendre ici: PAS Cendrillon) et ajoutent des éléments différents à la culture de leurs enfants. Ne jamais sous-estimer le pouvoir de l’imaginaire de votre homme, même s’il vous semble un peu bizarre ou même, déviant. Je vous promets qu’il y a du bon dedans!

La sécurité

Évidemment, la maman s’assure que l’enfant est bien « paddé » des orteils jusqu’au bout des cheveux. Papa lui, va montrer à l’enfant à faire du skateboard en ne se tenant que sur une seule jambe. S’il arrive un accident, le géniteur sortira la célèbre phrase: « C’est le métier qui rentre! »

Juste comme ça, avec qui vous pensez que Junior aura plus de plaisir?

La bouffe

Nous, les momans, on s’inquiète avec les OGM, les agents de conservation, les gras trans, les portions de fruits et légumes. Ce n’est pas mauvais, au contraire. Je ne connais pas une personne équilibrée mentalement qui clamera le contraire. Mais, il faut se l’avouez, du Mc Do une fois de temps en temps, ce n’est pas de refus et c’est, tout simplement, DÉLICIEUX. Et je ne connais pas une personne équilibrée mentalement qui clamera le contraire (sentiment de déjà-vu? 😉 )

 Ce qui est à retenir de l’homme ici est le petit côté « On s’en fout, c’est bon et on n’en mange pas souvent! » À cela, j’ajoute: c’est bon et ça fait plaisir à tout le monde, même à maman qui n’ose pas l’avouer. 

La témérité

Lancer bébé dans les airs, le promener la tête en bas, le faire nager sans flotteurs. Toutes ces pensées vous font cesser de respirer un bref instant? Le père, lui, se dit « C’est comme ça qu’on apprend! » Le phénomène père poule est beaucoup moins fréquent que celui de mère poule. Je n’ai pas de source statistique sure mais je dirais qu’il existe un ratio 95% femme, 5% homme. Et ce n’est pas pour rien. Imaginez les enfants craintifs, manquant d’initiative et peu enclins aux nouvelles expériences qui seraient engendrés par des mères ET des pères poules… Cette pensée est un peu effrayante. 

La spontanéité

Sortir sans sac à couche. Une évidence. Les vêtements de rechange, c’est quoi ça? Les pères ont envie de sortir faire une activité avec leurs enfants, ben ils sortent! That’s it! Aucune préparation. Contrairement aux mamans qui remplissent le sac de couches, biberons, suces, jouets, linge de rechange, lingettes humides, crème solaire, crème de zinc, crème hydratante, un deuxième chapeau, une tuque (tsé, si le vent est froid), epipen, tylenol, benadryl, numéros du centre anti-poison, liste des aliments intégrés dans les derniers jours, agenda, boussole, sifflet pour les ours et j’en passe!

Et savez-vous quoi? Il se peut que le popa n’est besoin de RIEN acheter pour sauver la vie de son enfant durant la sortie. Fou de même! 

Suivant ces quelques exemples, je dis que les papas occupent une place SI importante dans la vie de leurs enfants et sont SI souvent sous-estimés, mis de côté ou même dévaloriser. Ils apportent une vision différente du monde qui nous entoure à l’enfant. Ce dernier aura accès à temps de richesses en passant du temps avec son papa, des richesses qui sont, bien souvent, un mystère pour maman. 

Merci à tous les papas de rester fidèles à vous même et de contribuer à construire des petits êtres entiers, heureux et épanouis. Vous méritez bien des éloges, beaucoup plus que se que ce simple billet peu transmettre! 

The happiest of wives

 
  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!