Happy wife, happy life

Faut bien se déculpabiliser!

Jean Coutu, ça pogne-tu encore?

Filed under: juin 2017 — happy wife at 12:50 on samedi, juin 24, 2017

 

L’année scolaire est officiellement terminée! Pouliche a tout un tas de nouveaux amis qu’elle invitera à la maison tout l’été et aura tout de même SUPER hâte de les voir à la rentrée. Pour les avoir vu interagir toute l’année, je ne peux m’empêcher de penser: Mais c’est dont ben facile de se faire des amis à 6 ans! Suffit de s’approcher de la personne ciblée, lui sourire (facultatif, mais un atout) et dire « Tu veux être mon ami? » Puis, tout dépendant de la réponse, nous partons en gambadant vers le carré de sable le plus près pour se construire notre château de rêve et s’inventer des histoires de chevaliers. 

Pourtant, je vis complètement le contraire. Pas que je suis seule, au contraire. Je suis entourée de ma famille que j’adore et de quelques amis proches avec qui je traîne depuis 25 ans et qui me connaissent mieux que mon propre époux. La vie étant ce qu’elle est, ces gens habitent tous plus loin les uns que les autres, nos horaires concordent peu et nous avons de la difficulté à nous voir sur une base régulière. En ce qui concerne ma ville, mon quartier, mon habitat naturel, je ne réussis pas ou je ne sais pas trop comment me faire des « nouveaux » amis. 

Déjà, où ça se trouve, des amis? Est-ce que c’est comme pour trouver l’amour? On se met cute, on allume notre radar dans les pubs, les épiceries, etc. et on attend de trouver LE prospect sur qui jeter notre dévolu? Est-ce qu’il y a une application style Tinder pour se faire des amis habitant dans un rayon de 50KM et moins dont je n’aurais pas entendu parlé? Est-ce qu’au Jean Coutu, on trouve vraiment de tout, même un ami?

Et, on fait comment? Je me vois mal approcher un illustre inconnu disant: « Tu veux être mon ami? » Puis, l’amener de force dans le carré de sable le plus près.

Blague à part, il est vrai que l’aspect rencontre reste le plus grand défi pour ma part. Et lorsque je rencontre finalement une personne intéressante, intelligente, qui partage certaines de me valeurs et qui ne me tape sur les nerfs (ça arrive pas souvent!), il y a toujours un petit fond d’insécurité qui m’envahit. Parce qu’il y a de fortes chances que le sentiment ne soit pas réciproque. Par peur de rejet, je choisis de me taire et de laisser cette personne passer.

De plus, tous semblent avoir des tas d’amis déjà. Nous sommes tous occupés par notre quotidien, notre marmaille, nos activités. Personnellement, j’ai de la difficulté à trouver des moments qui concordent dans nos horaires pour voir mon petit cercle social. Je me vois donc mal m’imposer dans la vie de quelqu’un déjà débordé. Puis avec le peu de temps libre dont nous disposons, je ne voudrais pas être la mauvaise amie qui refuse toutes les invitations. Me retrouver dans la position inverse où la personne n’est que très rarement disponible pourrait aussi être décevant. Par peur de déception, je choisis de me taire et de laisser cette personne passer. 

Les craintes, les inquiétudes, les peurs, ça nous ferme toutes les portes. Celles de l’amitié y comprises. La prochaine fois que je vais au Jean Coutu, je tenterai d’adopter une attitude d’ouverture!

Je suis curieuse (et je cherche des idées!) Vous avez rencontré vos nouveaux amis dans quel contexte, vous autres?

The happiest of wives

 
  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!