C’est le temps des vacances. L’école a pris fin il y a quelques semaines. Les grands de la garderie quitteront sous peu pour le merveilleux monde de l’école primaire. Tout ça rime avec une chose: les cadeaux de fin d’année. Nous souhaitons offrir quelque chose de significatif, quelque chose que l’éducateur utilisera, qui lui fera plaisir. Quelque chose qui souligne notre reconnaissance pour tout le travail que cette personne a accompli auprès de nos petits trésors. C’est beaucoup de critères. L’objectif est élevé et, souvent, le budget est restreint. 

Ceci dit, s’il y a bien une chose que je déteste entendre lorsqu’une personne offre un présent, peu importe l’occasion, c’est : « C’est pas grand chose… » Assume-toi, batinse! Tu as pris du temps pour choisir ou confectionner ton « pas grand chose » en pensant à la personne à qui tu l’offres, en te disant que tu crois sincèrement que ça lui fera plaisir?That’s it. C’est tout ce que ça prend. Une bonne intention et un sourire. Non mais, vraiment, c’est tu assez plate recevoir un cadeau de la part d’une p’tite face tristounette qui semble dire : « Ah finalement, ouvre-le pas. Ça vaut pas la peine. » 

Plus en profondeur, dans quelle société de consommation évoluons-nous si le fait d’offrir une pensée à quelqu’un pour souligner une fête ou le remercier de son travail n’est pas suffisant? En plus, il faudrait ré-hypothéquer notre maison pour lui acheter le Pandora au complet! C’est une autre affaire, ça, acheter. Cuisine des biscuits, gosse une sculpture dans l’bois, fabrique du savon, offre du temps, une activité, whatever! Parce que ce qui est important dans le fond, c’est que la personne sache que tu as pris du temps pour elle. 

Et, à l’autre bout du bâton, soyons reconnaissants. SINCÈREMENT reconnaissants. Dans ma carrière, j’ai travaillé dans des services de garde d’école privée huppée ainsi que dans des CPE de quartier défavorisé. J’en ai vu de toutes les couleurs. Je crois que le présent qui m’a le plus touché fut un panier des fruits et légumes du jardin d’une famille immigrante avec tous les sourires et la reconnaissance du monde dans les yeux lorsqu’ils me l’ont offert. Parce qu’ils ont pris de leurs ressources pour me témoigner leur appréciation. Parce qu’ils y ont mis leur coeur.

Par contre, je ne reviendrai jamais d’un événement survenu à la fin juin dans l’école privée. Les parents ont gâté les éducatrices de cadeaux lors de la fête de fin d’année, je n’avais jamais vu ça (quartier défavorisé.) Lorsque la fête fut terminée et que tous les parents eurent quittés, les éducatrices se rassemblent pour jaser. Et c’est là le début de la fin. Les filles se mettent à énumérer leurs cadeaux et à comparer. (Comportement humain typique en amérique du nord) Et ça chiale. « C’est la famille la plus riche de l’école! Ils m’ont donné un bracelet fait à la main! Voir si ça a du bon sens! » Pour ne relater qu’un seul commentaire…

T’sais, ça se peut que tu reçoives des cadeaux qui te plaisent moins, dans la vie. Mais l’important, c’est pas de reconnaitre l’effort que la personne a fait pour toi? L’important, c’est pas le message derrière la patente dans le sac multicolore avec du papier de soie qui dépasse? 

Les cadeaux, c’est cool, ça fait plaisir, ça fait un petit v’lour. Ça nous fait sentir spécial et apprécié. Je pense qu’il serait temps de se recentrer sur ses émotions et oublier le price tag. La vraie valeur du présent, c’est celle que TU lui accordes. Toi, qu’est-ce que t’en penses? 

The happiest of wives